Author Rank éthique et anonymat

Author Rank éthique et anonymat

L’idée de Google autour de de son réseau Google Plus est, à mon sens, chouette à la base. Prenons le projet dans l’absolu, loin de toutes considérations éthiques et techniques.

Que nous propose le moteur ? De nous rendre identifiable afin de pouvoir nous « noter » sur des critères de présence, de partages, d’activités, ceci afin de valoriser au mieux nos articles et nos sites.

Dans l’idée, je persiste et je signe, mais ça me plait. C’est aussi une solution loin d’être idiote pour lutter contre des spammeurs qui pourrissent l’index de Google. On ne peut d’un côté demander le déclassement de ces verrues, et de l’autre râler quand le géant met un système lourd en place.

Google plus propre que propre

Cette volonté de rendre son index plus propre et plus pertinent, cette volonté de valoriser les blogueurs/entreprises qui respectent les règles, c’est une bonne chose. Chacun est libre ou non de jouer le jeu de la transparence. En ce qui me concerne, je n’ai pas de soucis avec ça. Depuis toujours, je surveille un tant soit peu ce que j’écris ou partage, et s’il m’arrive de parler de ma vie privée, je dis ce qui peut l’être.

Si je devais comparer ce que fait #Google avec son AuthorShip, c’est un peu comme si vous preniez le métro. Vous n’avez pas une cagoule sur la tronche, vous êtes filmé en permanence, et les services de sécurité peuvent retracer tous vous faits et gestes (ou presque, mais cela ne se saurait tarder). Qui s’en plaint ? Personne.

Sur le net, il faudrait que cela différent ? Pourquoi ? Pour permettre à chacun de se défouler, de faire n’importe quoi ? Pourquoi pas. A un détail près, tout le monde n’a pas envie que le net soit un gros bordel. Je fais partie de ceux-là, et je l’assume.

Souriez, vous êtes pisté

Je n’ai pas dit que j’aimais être pisté en permanence, mais si ce pistage peut en calmer certains, je vote pour. Il y aura sans nul doute un équilibre à trouver, tout n’est parfait.

Et c’est d’ailleurs vers cette imperfection que je souhaite aller. Imaginons, pour des raisons X ou Y, je ne souhaite pas adhérer au programme d’identification de Google. C’est mon droit le plus strict, vous en conviendrez.

La carotte, mais aussi le bâton

Hors, là, y’a comme un souci. C’est que l’ami Google souhaite valoriser (récompenser ?) celles et ceux qui rentre dans le moule. Comment ? En en attribuant une note interne plus forte et donc en faisant remonter le gentil auteur dans les pages de résultats.

Et là, paf ! Bonjour la discrimination ! Parce que je veux rester anonyme, je suis donc défavorisé, déclassé ? Bien sûr, jamais Google ne l’avouera, car se serait prendre un gros risque, surtout en Europe, où j’imagine bien des associations et autres collectif lui tomber sur le râble.

Quid du droit à l’anonymat ?

Et ce petit monde n’aurait pas tort. Si les uns peuvent être favorisés par Google pour leur participation active à un programme, cela doit-il se faire au détriment des autres, ceux qui ne souhaitent pas sortir de l’anonymat ?

La question est pour le moins épineuse. Dans les deux camps, il est possible d’avancer des arguments plus que recevables et défendables.

Author Rank et business

D’un point de vue purement business, ne pas vouloir jouer le jeu de l’Author Rank, je pense que c’est hérétique. Enfin, pour une petite structure. Que l’internaute puisse identifier un commerçant, c’est plutôt sain.

Vous imaginez rentrer dans une boutique et être reçu par un type ou une nan casqué, visage totalement masqué, un machin pour déformer sa voix ? Moi, non. Bon, bah sur le net, c’est pareil.

En face, que Mme Michu (salut m’dame !) ne veuille pas être authentifiée, je la comprends. Pour autant, est-ce que son blog politique doit se voir pénalisé ? Je ne pense pas non plus. Même si cela ferait mon affaire à moi qui joue le jeu de l’Author Rank et qui, ainsi, gratte des places avec mon blog sur les élections.

Il va y avoir un sacré empoignade dans les mois, les années à venir. L’idée de base est belle, utile, mais sa mise en pratique risque de se heurter à des difficultés majeurs. Va y avoir quelques cerveaux qui vont chauffer, et des milliers de pages noircies sur le sujet. Remarquez, on aura un sujet polémique de plus à se mettre sous la dent. Et la polémique, ça draine du monde !

Ayez la partagitude, c'est ça la bloguitude !

 Partager sur G+


Ressources pour votre blog

guide blogueur pro pdf
12 réponses
  1. Irma Stafford
    Irma Stafford says:

    Alors qu’arrive-t-il si toute cette convergence de plateforme vous dérange? Malheureusement, vous aller devoir vous y faire. Selon toutes vraisemblances, il est plus difficile d’obtenir un bon référencement dans les moteurs de recherche sans l’utilisation d’Author Rank. De plus, Google affirme, à qui veut bien l’entendre, que toutes les actions d’un auteur sur Google pourront être sujettes à analyse. L’inscription à ce réseau social deviendra bientôt un incontournable (ou presque).

    • Arnaud
      Arnaud says:

      Je ne suis pas du tout d’accord avec vous Irma, il n’est pas plus difficile d’obtenir un bon référencement sans l’utilisation d’Author Rank et heureusement. J’ai pas mal de site qui se place très bien sans, du moins pour le moment et sans Author Rank.
      Mais votre avis est intéressant.

      Ce qui me dérange c’est le rapport qualité d’un site/qualité d’un Google+ qui n’a aucun rapport pour moi.

      Mais je ne dis pas que je ne me prêterai pas au jeu si c’est vraiment utile, de toute façon pas le choix…

  2. Arnaud
    Arnaud says:

    Je suis pas totalement convaincu encore de ce Author Rank.
    Je vois pas en quoi la popularité d’un profil Google+ va être gâge de qualité de contenue d’une page web.

    D’un côté le contenu est roi et de l’autre on nous parle en gros de la popularité d’un profil.

    En tout cas la chasse aux +1 va être ouverte…

    Après pour un petit site ça peut-être intéressant mais je pense pas que ça va empécher certains abus et que les résultats seront plus pertinents pour autant.

    En tout cas sujet très intéressant, à suivre avec attention dans les mois à venir, on risque encore de reparler d’anonymat sur le web.

  3. Marlon Medina
    Marlon Medina says:

    Sachez aussi que l’information que vous retransmettez et peut importe ce dont vous parlez, doit être originale et ne pas rentrer dans les clichés de la banalité que les lecteurs se lassent très vite de lire. Les sources de vos contenus doivent être vérifiables et vous devez également être un véritable expert sur le sujet que vous traitez en le maîtrisant parfaitement. Un autre élément important : les utilisateurs du web veulent de nos jours savoir à qui ils ont affaire pour se sentir rassuré, donc votre présentation personnelle avec de préférence une photo à l’appui ne peut que faire grandir votre futur succès.

  4. RenaudMG
    RenaudMG says:

    Pour moi c’est surtout le début de la ségrégation, sauce sociale : d’un côté la masse anonyme (y compris ceux qui créent un profil facebook à leurs nouveaux né ou ceux qui twittent des insultes sur leur patron pendant leurs heures de travail) qui continuera à mener sa vie loin de ces considérations et de l’autre côté les pros ou blogueurs qui dépendront en partie de cet author rank et qui auront donc un profil google + « pro », soigné et expurgé.
    Entre les deux on aura certainement quelques exemples de dédoublement de personnalité avec des personnes qui cumulent 2 profils

    • Stéphane
      Stéphane says:

      Pop ! Google « te pousse » d’une certaine façon à la double personnalité. L’une pour le business, l’autre pour le privé, les délires perso, etc… Je ne sais pas si c’est bon, mais pour le moment, c’est ainsi :/

  5. Laurent Bourrelly
    Laurent Bourrelly says:

    Je crois que t’es complètement à côté de la plaque.
    Malheureusement, je ne peux pas dire publiquement ce que je sais de source officielle Google, mais ce que les deux mégalos de Page et Brin veulent instaurer est effrayant.

    Sinon, l’idée de vouloir éradiquer le troll et le spam ne fonctionne pas avec cette foutue intégration G+. Juste une petite recherche de personnes sur G+ pour illustrer mon propos https://plus.google.com/u/1/s/adolf%20hitler/people
    La situation déplorable des commentaires de haters sur Youtube a empiré à cause de cette intégration. Maintenant, Adolf Hitler et Jésus peuvent en plus de déverser leur venin, poster des liens de phishing et dessiner des bites en ASCII. Chouette !

    Je suis peut-être un vieux con réac, mais le prix de le liberté implique aussi d’accepter tout ce qu’il y a de négatif.

    • Stéphane
      Stéphane says:

      Le billet est une « réflexion à haute voix ». Je ne sais pas quelle direction sera prise par Google. Ce que je vois, c’est que les gars tentent des trucs, c’est déjà.
      En revanche, oui, la liberté à un prix, et vouloir éradiquer ce qui dérange les uns, ce n’est pas la meilleure solution.
      Maintenant, GG n’est pas un état, mais une entreprise. La liberté ? Il s’en tape. Pour être honnête, à sa place, on serait, je pense, pareil.
      Bien ou mal, l’entreprise s’en tape (A tort ? A raison ?).

Ça ping !

Les commentaires sont fermés.