Blogueur ou entrepreneur ?

Blogueur ou entrepreneur ?

Alors que je discutais avec un vieux sage via un hangout, celui-ci me posa une question qui me laissa presque sans voix. La question était celle-ci : « Es-tu blogueur ou entrepreneur ? » Heu…. Bah…. Les deux ? Non ?

La question semble, de prime abord, anodine. Mais ce coquin de vieux singe avait prémédité son coup ! De prime abord, blogueur, entrepreneur, quand on monétise son audience d’une façon ou d’une autre, on ne se pose pas vraiment la question.

D’ailleurs, cette question, je ne me la suis jamais posée. Je blogue. Point. Partant de là, pour « optimiser » mon salaire, j’ai mis en place une formation sur 4h18, et roulez jeunesse.

Et pourtant, si cela ne se passe pas trop mal pour moi, je ne suis pas à plaindre, merci de vous en inquiéter, l’affaire n’est pas dans le sac pour autant ! Mon marketing n’est pas au point, j’ai fait quelques boulettes en cours de route.

J’ai donc arrêté de tirer un peu dans tous les sens. L’urgence était de me poser et de reprendre tout ça par le bon bout avant de faire la gaffe de trop. Donc, papier, crayon, et remise à plat de la « marque » 4h18. Alors, blogueur ou entrepreneur le Stef’ ?

Le blogueur

Le blogueur est véritable passionné par essence, par nature. Il blogue. Son truc, c’est veiller, s’informer, donner une opinion, tester, conseiller, partager. Voilà, partager. C’est son kiff. Si derrière il peut monnayer tout ça, pourquoi pas !

Le blogueur peut faire des milliers de visiteurs uniques par jour, sans pour autant en tirer un véritable profit. Ce n’est pas son but premier. Sauf le jour où il commence à se dire qu’il passe 12h00 par jour devant son écran et qu’il serait temps de faire gonfler la cagnotte.

Problème, son site n’est pas du tout conçu pour être une machine de guerre marketing, et lui-même ne l’est pas non plus. De plus, son public n’est pas forcément celui avec qui il pourra faire affaire. Le blogueur se trouve alors dans une situation quelque peu inconfortable.

L’entrepreneur

L’entrepreneur, lui, n’a pas ce souci. Loin s’en faut. Si je prends les exemples français que je connais, pour la plupart, leur site son visuellement hideux. Mais tout est là pour choper votre mail, vous vendre un truc.

Pour eux, le blogging est un simple support qui sert à drainer du trafic plus ou moins qualifié. Et parfois, pas vraiment qualifié, mais qu’importe, quand on cible la masse…

Tout se passe ensuite via l’envoi de mails. A ce rythme, ce n’est pas de l’envoi mais limite du harcèlement ! Abonnez-vous à deux ou trois des « webmarketeurs » made in France. Je vous conseille vivement de ne pas utiliser votre mail principal. Car le nombre de courriers que vous allez recevoir est hallucinant. Mais ça marche, plus ou moins, encore une fois selon le produit. Les résultats sont là, ça marche.

L’entrepreneur n’a qu’une idée en tête : vendre. Et encore vendre. Le reste n’est pour lui que futilité. Il n’est pas là pour partager, pas là pour conseiller, il est là pour encaisser.

Toutefois, pas besoin de faire comme ces « blogueurs pros » pour gagner sa vie sur la toile. Il existe d’autres méthodes, d’autres discours. Il n’empêche, êtes-vous blogueur ou entrepreneur ?

Deux mondes, deux visions. Souvent en opposition. D’un extrême à l’autre, c’est ma Femme qui me dit souvent (y’a un côté « Colombo » là vous ne trouvez pas ?) qu’il doit sans nul doute exister un juste milieu entre les deux. Pour sûr !

Choisir un « camp » !

blogueur ou entrepreneur

Alors, lequel êtes vous ?

Alors, passer de blogueur à entrepreneur ou blogueur-entrepreneur, ça pourrait paraitre simple. Méfiez-vous des apparences ! Elles sont souvent trompeuses, et dans le cas présent, elles le sont.

Pour passer d’un statut à l’autre, la gymnastique intellectuelle n’est pas si évidente. Il faut repenser toute votre communication, et il va falloir mettre en place une véritable stratégie.

En tant qu’entrepreneur, on ne communique pas tout à fait de la même façon qu’un blogueur pur et dur. Le boulot n’est pas le même. L’un doit vendre, l’autre se « contente » d’écrire. Les deux univers peuvent être complémentaires, mais l’un et l’autre sont bien distincts.

Pour vendre, encore faut-il avoir quelque chose en boutique. En soit, créer un produit n’est pas le plus compliqué. Si vous aimez ce que vous faites, ce que vous allez créer ne devrait pas poser de gros problèmes. Les emmerdes commencent quand il est question de vendre.

Une simple page de vente ne suffit pas. Il faut voir plus large, plus globale. Qui êtes-vous ? Que faites-vous ? Pourquoi ? Depuis quand ? Comment ? Que vendez-vous ? A qui ? Pourquoi ? A quel prix ? Pourquoi ce prix-là et pas un autre ? … !

Ca va la tête ? Vous n’êtes pas mort ? Bien ! Parce que des questions comme ça, vous allez devoir vous en poser un régiment.

Par ailleurs, n’allez pas croire que votre notoriété de blogueur fera de vous un entrepreneur à succès. Cela pourra vous aider, mais pas plus que cela. Encore une fois, votre public de blogueur ne sera pas forcément celui de l’entrepreneur que vous souhaitez devenir. Il va falloir reconstruire une audience, une nouvelle image de marque et vous imposer de nouveau.

Vous avez un blog ? Demandez-vous rapidement ce que vous souhaitez en faire. Vous allez créer un blog ? Posez-vous la bonne question tout de suite : blogueur ou entrepreneur ?


Ayez la partagitude, c'est ça la bloguitude !


 Partager sur G+


Ressources pour votre blog

12 réponses
  1. Mat
    Mat says:

    Je fais partie des blogueurs « non entrepreneur »! D’abord parce que clairement mon objectif n’a jammais été de vendre quoique ce soit! L’idée tout au plus, c’est de financer les frais du site avec un peu d’affiliation. Ensuite, Je pense qu’on ne peut pas tout vendre! Surtout si comme moi on est sur un créneau ou les autres sites sont aussi en mode de fonctionnement gratuit. Et ça me va bien comme ça!
    Après, l’un n’empêche pas l’autre, on est bien d’accord!

  2. Philippe du Blog Bordelais
    Philippe du Blog Bordelais says:

    Depuis une grosse année que je m’intéresse un peu au sujet, j’ai un gros problème de sémantique avec le terme « entrepreneur ». Même si il recouvre plusieurs significations, le terme « entrepreneur » est indissociable du concept d’entreprise. Et généralement, « entreprise » signifie locaux, employés, production de biens ou de services, …

    Pour moi, le blogging n’entre pas dans ce cadre, il n’a pas vocation à « produire »

    On est plus proche de l’artisanat, du fait que le blogueur bosse seul ou plutôt de la profession libérale (coaching, conseil, formations…). Personne ne dirait d’un avocat, d’un journaliste ou d’un psychologue qu’ils sont « entrepreneur » bien que leur activité ai pour finalité de générer de la richesse.

    Le blogging, c’est un truc que je perçois comme une oeuvre de l’esprit, au même titre que le seraient l’écriture de livres, d’articles dans la presse, etc… Blogguer, c’est raconter. Vendre n’est pas blogguer, c’est autre chose, un autre métier.

    La problématique c’est que le blogging, c’est un panier fourre-tout où tu vas trouver aussi bien le carnet de bord d’un voyageur, les billets d’humeur d’un intellectuel, l’actu d’un sujet donné ou une boutique en ligne pour te vendre des produits.

  3. Stéphane
    Stéphane says:

    Je pense que tu te réponds à toi même dans ton intervention.
    Avocat = Entreprise
    Artisan = Entreprise
    Consultant = Entreprise

    Le blogging produit…. du contenu, et parfois, une richesse (matériel et/ou intellectuelle).
    Ceci fait que dans certains cas, bloguer, c’est entreprendre.

    Enfin, entreprendre, ce n’est pas que l’entreprise.
    J’entreprends de faire un voyage, de repeindre mon salon. Entreprendre, c’est faire quelque chose, non ?…

  4. Bruno TRITSCH
    Bruno TRITSCH says:

    Salut Stéphane,

    J’irai plus loin en disant qu’on peut être les deux, dans le sens où on peut très bien tenir un blog en tant que passionné (à titre privé) et un ou plusieurs autres à titre professionnel, non?
    C’est en tout cas comme cela que je me définirai personnellement!

    Amicalement,

    Bruno

Les commentaires sont fermés.