Economie : Auto-entrepreneur, l'oublié de service

Economie : Auto-entrepreneur, l'oublié de service

Nous ne sommes pas tous des startup ! En gros, c’est le message que j’ai envie de faire passer aux différentes sociétés et autres organisateurs d’évènements en France. Pourquoi cela ? C’est ce que nous allons voir.

Startup ici, startup là, à croire qu’en France il n’y en aurait que pour ces petites structures sur-vitaminées à la levée de fonds. Je n’ai absolument rien contre ces entreprises, au contraire, elles sont une part du reflet d’un certain dynamisme, d’une innovation (ouaip, on bosse mieux avec plusieurs cerveaux qu’un seul). Ces boites bougent et font (parfois) bouger les lignes, et quand on sait qu’en ce beau pays qui est le nôtre, faire bouger une ligne, ce n’est pas une mince affaire, je vous laisse imaginer l’exploit et la volonté de fer mis en œuvre !

Entrepreneurs Up

Pourtant, au-delà de ces petites entreprises créatives, il existe un marché tout aussi dynamique qui s’est créé. Et qui n’a rien à envier aux startups. Il y a en France quelques dizaines de milliers de petits gars, de petites nanas, qui se défonce le cul toute l’année pour satisfaire leurs clients. Ces sont les Auto-Entrepreneur.

Peut-être ne sommes-nous pas pris encore vraiment au sérieux du fait d’un statut unipersonnel, mais il faudrait que cela change. Parce qu’être au contact des clients à longueur de temps, cela demande de la rigueur, de l’envie, une implication permanente, c’est tout, sauf une vraie partie de plaisir.

Pour survivre, il faut avoir une bonne dose d’humain, savoir se vendre, savoir ce que l’on vend, à qui, pourquoi, comment, il faut aussi assurer le SAV, les relances, il faut tout faire soi-même. Pas moyen de diviser l’entreprise en secteur X ou Y. Non, tout repose sur nos petites épaules. Et croyez-moi, c’est du boulot. Je ne vais pas m’en plaindre, j’aime cela, et de ce que j’ai cru comprendre, je ne suis pas le seul.

Les grandes entreprises méprisantes ?

Alors, certes, ce n’est pas nous qui allons lever 100.000 euros pour lancer le dernier produit à la mode. Par contre, il y a de fortes chances pour que nous fassions partie de celles et ceux qui vont le tester, et cas échéant, le proposer à nos clients. Ce qui n’est pas anodin, vous en conviendrez.  En clair, nous aidons directement ou indirectement les Startup à valider leurs solutions, et souvent, sur notre temps, gratos. Parce que nous aimons aussi l’innovation.

Notre job à nous, ce n’est pas forcément de créer, mais bien de pérenniser. Dans les divers métiers du net, plus que n’importe quelle CCI, nous aidons les entreprises à asseoir leur présence sur la toile, nous les accompagnons, les guidons, nous cherchons la ou les meilleures solutions en fonction de leur ADN. Notre réussite est intimement liée à celle de nos clients, notre implication se doit donc d’être sans faille. Chaque client représente une part de notre CV, autant vous dire qu’il faut soigner la chose. Celui qui ne comprend pas cela se prendra un mur, tôt ou tard.

La joie d’entreprendre, l’envie d’être

Nous sommes enthousiastes, volontaires, débrouillards, nous savons collaborer les uns avec les uns quand le besoin s’en fait sentir, nous sommes souples, réactifs, disponibles, à l’écoute des nouveautés du marché, nous sommes au contact permanent des PME, des artisans. Et pourtant, personne ne nous reconnait encore vraiment ? Que faut-il que nous fassions pour cela ? Pourquoi un tel mépris ? Parce que nous n’allons pas lever des centaines de milliers d’euros ? Parce que nous n’allons pas faire briller Orange, ou je ne sais quelle autre grosse entreprise en quête d’une image proche de l’innovation ?

Mais le marché français, ce n’est pas que cela ! Ce sont de milliers de petits artisans, d’auto-entrepreneurs, et nous participons autant (si ce n’est plus) au bon équilibre de l’économie de notre pays. Nous sommes garants d’une certaine bonne santé de cette économie. Car demain, si je mets la clé sous la porte, je n’engage que moi et non de milliers d’emplois. Auparavant, j’aurais orienté mes clients vers d’autres prestataires de confiances, issues de mon réseau professionnel. La continuité est assurée.

Si un jour, lors d’un évènement, il y en avait un qui aurait la bonne idée de mettre en lumière quelques Auto-entrepreneurs, on ne lui en voudra pas. C’est promis. Récompenser les startup c’est bien, mais on est là, youhou ! 


Ayez la partagitude, c'est ça la bloguitude !


 Partager sur G+


Ressources pour votre blog

guide blogueur pro pdf
13 réponses
  1. Dominqiue
    Dominqiue says:

    C’est vrai que nous sommes les oubliés du système mais pas seulement du coté des entreprises, startup et autres. L’état et les administrations nous oublient également. Qui n’a jamais perdu plusieurs journées en démarches administratives, pour au final devoir recommencer l’opération parce que la personne a qui il s’adressait ne connaissait pas le sujet. Désolé monsieur, mais vous ne rentré pas dans la case. De quoi vous décourager et vous donner l’envie de rester chômeur. D’ailleurs, je me tâte maintenant que j’en parle.
    Être un son compte, c’est un sacerdoce, et nous tous, petit entrepreneur, méritons au moins un minimum de respect. Après tout, c’est la crise non, et qui crée des entreprises: c’est bibi. Nous sommes les employeurs de demain.

  2. Arnaud@créer un site de rencontre
    Arnaud@créer un site de rencontre says:

    De toute façon le statut d’auto-entrepreneur est destiné à être supprimer d’ici quelques temps je pense, à moins de taxter encore plus ce statut, mais il n’aurai plus rien d’attrayant…

  3. Philippe @MonSiteWebPro
    Philippe @MonSiteWebPro says:

    Pas de stress, on fera des LLC immatriculées au Texas LOL

  4. Emma
    Emma says:

    Je ne pense pas que le statut d’auto-entrepreneur sera supprimé, or il permet à beaucoup d’avoir le courage de ses lancer. Or c’est vrai que ce statut est d’une étonnante flexibilité, mais cette qualité n’a finalement pas d’intérêt pour exercer une activité principale. Son intérêt est donc financier ? Oui pour les bénéficiaires de l’ACCRE, mais pour les autres cela dépend de leurs charges réelles. Si ces charges réelles ne sont pas inférieures à celles prévues par le législateur, alors l’auto-entrepreneur cotise davantage qu’un autre indépendant.

  5. Louis
    Louis says:

    Sincèrement je ne partage pas votre vision, les changements en France sont toujours longs à être accepté par l’ensemble, gouvernement, administration, société en tout genre, ce statut est reconnu et apprécié de beaucoup, il faut simplement laisser du temps au temps pour être crédible, c’est pour ça qu’une réforme aura du bon, en étant revisité et revalidé par un autre gouvernement, cela donne toute l’importance du statut d’auto entrepreneur. Bien sur ça ne plait pas à tout le monde, une fois les bons ajustements trouvé et tout le monde satisfait, c’est évident tout ira mieux !

  6. David
    David says:

    C’est clair que le statut d’auto entrepreneur n’est pas toujours le plus en vue pour les autres entreprises, mais en s’accrochant bien ça peut passer.
    Déjà, rien que pour la TVA qui ne peut pas être récupérée par les clients, il faut souvent beaucoup argumenter.
    Par c’est contre, ce statut est vraiment excellent pour mettre un pied à l’étrier sans avoir à quitter son travail, et à moindre coût. Pour moi, c’est vraiment un tremplin vers quelque chose de plus accepté. En tout cas, je ne fermerai jamais ma porte à un autoentrepreneur.

  7. Stephane Briot
    Stephane Briot says:

    Attention, les clients ne récupèrent pas la TVA… mais ils ne la paient pas non plus :D

  8. David
    David says:

    Tout à fait. Une comptable me racontait qu’un de ses clients lui avait textuellement demandé comment il pouvait récupérer la TVA s’il ne la payait pas… :-s

Les commentaires sont fermés.