Le SEO et les réseaux, utiles ou pas ?

Le SEO et les réseaux, utiles ou pas ?

Vous avez réalisé la création de votre blog ! Bien. Il faut désormais le rendre populaire…. Direction Facebook. Sauf que… Facebook est complètement hermétique à Google. Ce qui, en termes de seo pourrait se traduire par un impact quasi inexistant sur le référencement de votre site. Ceci est une phrase qui ressort de l’intervention de deux anciens de chez Google.

Est-il encore utile d’utiliser les réseaux sociaux pour son SEO ?

En clair ? Vous aurez beau poser vos liens sur Facebook, avoir un maximum de viralité, si cela vous apporte des visites, ce qui n’est pas négligeable hein, le poids de ces liens pour Google, c’est néant.

C’est une déclaration surprenante que j’ai lu il y a peu sur un billet qui retranscrit les dires de deux anciens du moteur. Autant dire que l’info tient la route, un tantinet.

La question qui me vient aussitôt à l’esprit ? Quid du bouton like ? Dans le cas de 4h18, la question mérite d’être posée. Parce qu’on ne peut pas dire que je sois très présent et performant sur Facebook. Mes terrains de jeux favoris étant plutôt à chercher du côté de Twitter et surtout de Google Plus.

Pour le dernier nommé, l’impact sur le SEO n’est pas vraiment à démontrer, et avec l’arrivée prochaine des nouveaux jouets comme l’Author Rank, cela ne va pas allez en décroissant, au contraire.

Dissocier viralité et SEO

Pour en revenir au bouton like, dans le cas où vous auriez réussis à créer une grosse communauté, mais surtout, une communauté qui soit active et qui vous suive, alors, pas de soucis ! Le bouton garde tout son intérêt. Encore que… vous pourriez bien vous en passer et assurer la promo du billet directement sur le réseau de l’ami Mark.

En ce qui me concerne, ce n’est pas vraiment le cas. Quand je fais 20 likes sur un article, c’est champagne, caviar et petits fours. La fête quoi, mais la grosse teuf ! La plupart du temps, ça plafonne dur.

Par ailleurs, les deux anciens de Moutain View déclarent joyeusement que l’impact global des réseaux sociaux reste assez faible. Alors, oui, finis le temps ou Google affichait les tweets en direct sur une recherche donnée. Pour autant, je doute que Google puisse vraiment faire l’impasse sur un article qui soit repris des dizaines, voire des centaines de fois sur un réseau aussi vaste que Twitter.

Certes, l’impact doit être pondéré, en premier lieu à cause des petits malins qui usent et abusent des failles d’un système. Comprenez : je crée 214 profils fantôme, j’automatise ma présence, et au besoin, ces 214 comptes vont RT mon article. En voiture Simone.

Google méfiant vis à vis des réseaux ?

Forcément, ce genre de comportement impose une méfiance naturelle à Google et l’oblige à prendre ces comportements en considération lors de l’analyse.

C’est sans doute pour cette raison que Google souhaite savoir qui est derrière un profil Google plus, et n’ouvre pas encore réellement son API pour des publications automatisées. On peut le comprendre, si c’est pour se retrouver, comme Twitter ou Facebook avec des milliers (millions ?) de comptes robotisés, on ne voit pas l’intérêt.

Cela n’empêchera pas les uns et les autres de trouver des parades, déjà en service, pour créer des profils bidons, mais cela complique un peu plus la tâche et permet à Google de conserver un espace à peu près sain au regard de ses concurrents. Pour le moment, et pour combien de temps encore ?

Il clair que l’impact des réseaux sociaux semble ne plus être aussi fort qu’en 2009 par exemple, ou il « suffisait » d’avoir un bon gros paquet de like ou de RT pour voir son article faire un joli bon dans les serps. Aujourd’hui, c’est un peu plus complexe, mais cela pèse toujours.

Etre présent et actif sur les réseaux, c’est toujours utile. Il faut toutefois voir cela dans un cadre d’actions globales. Du netlinking, du social, un site sain. Et surtout, un site qui tienne la route. Si vous parlez de SEO, pas la peine de créer une rubrique petite culotte, cela n’aurait pas d’intérêt. Sauf à vouloir entamer le suicide de votre site. Mais pour cela, il existe des moyens plus radiaux !

Les réseaux sociaux restent encore et toujours un très bon moyen de toucher rapidement les internautes, pour peu que votre contenu soit à la hauteur. La puissance de leur viralité n’est plus à démontrer. Vouloir les abandonner ne serait sans doute pas votre meilleure idée de l’année.


Ayez la partagitude, c'est ça la bloguitude !


 Partager sur G+


A lire pour compléter vos compétences sur le sujet

Ressources pour votre blog

11 réponses
  1. Vincent
    Vincent says:

    Pour Facebook j’en suis persuadé depuis longtemps, il n’y a qu’à voir les pages en cache pour s’en persuader et je partage ton analyse. Je suis comme toi FB c’est minimum car c’est chronophage et inintérressant au possible car c’est plus du flattage d’égo que du vrai partage mais ça peut apporter quelques visiteurs donc il faut y être. C’est vrai qu’à la différence de G+ et Twitter c’est un réseau savament fermé ce qui selon moi conduira tôt ou tard à sa perte et je pense que l’audience n’est pas qualifiée.
    Bref, G+ offre beaucoup plus ‘opportunités quand à Twitter je ne connais pas assez pour me prononcer mais je pense que ça donne du Jus SEO tout de même, en tous cas plus que FB ;)

  2. Stephane 4h18
    Stephane 4h18 says:

    Yop !
    J’aime assez le piaf pour son côté instantané, tout est sur le vif.
    Je préfère G+ pour sa propagation, la possibilité d’aller plus avant dans les débats, ses communautés. Et bientôt, pour son impact sur le SEO (:

  3. Simon Tripnaux
    Simon Tripnaux says:

    En fait il y a une donnée importante à prendre en compte : le trafic réel que peut amener la viralité sur un réseau social. Car toutes les observations notent que plus un site est visité, mieux il est placé ; c’est en tous cas l’un des facteurs de classement. Que ce soit en passant au journal de 20H ou en ayant fait le buzz avec un article sur les chatons, un pic de trafic c’est toujours bon pour le trustrank, l’autorité aussi, toutes ces sortes de choses, en somme …

  4. David
    David says:

    Salut Stephane
    Maintenant ils ont instauré un nouveau truc sur Fb. Si un profil n’interagis pas avec une page ou même un autre profil (à confirmer), les publications apparaissent beaucoup moins souvent sur leur journal.
    Je suis CM d’une page de 1100 fans, et mes publications sont visible « que par 150 – 400 personnes »
    Lors d’un évènement bien précis il y a deux semaines, j’ai réussi à toucher entre 5000-6000 personnes par publications (grâce aux partages)

  5. Sylvain
    Sylvain says:

    Très bon billet. Bien d’accord avec le propos. Pour la peine j’ai relayé sur tous les réseaux sociaux sur lesquels je suis.

    Bon ça représente pas la population de la Chine en terme d’abonnés mais ça peut pas faire de mal ;)

    Cordialisme viralisé,
    Sylvain

  6. référencement
    référencement says:

    L’idéal c’est de combiner l’utilisation de ces trois réseaux sociaux, à savoir facebook, twitter et Google Plus. D’un côté, il est tout à fait compréhensible si google fait une exception avec son réseau. Mais le plus sage c’est de bien mettre la différence entre réseaux sociaux et référencement google.

  7. Léo
    Léo says:

    Bonjour Stéphane,
    Il est clair qu’une utilisation pensée ET raisonnées des réseaux sociaux est positive pour tout le monde. Cependant il reste encore beaucoup à faire.

    Plus qu’un outil pour le référencement en général c’est un bon indicateur de popularité ou de fidélité pour les bloggeurs mais aussi pour juger de l’impact de ses articles :)

    Léo

Les commentaires sont fermés.