Pourquoi vous devriez avoir un site web

Pourquoi vous devriez avoir un site web

En 2013, plus de 59.000 entreprises ont mis la clé sous la porte. Pas quoi voir l’entrepreneuriat comme un acte de romantisme.

Dans cet ensemble, ce qui est frappant, de ce savoir que 80% de ces sociétés ne possédaient pas de site web, aussi basique soit-il.

De là à faire le lien entre pas de site et la mort de l’entreprise, il n’y a qu’un pas à ne pas franchir. Toutefois, la statistique interpelle.

Pas de site ? T’es mort.

Quand on plonge dans le détail, là, en revanche, on se demande un peu… 24 342 sociétés de 0 salarié, 27 858 possédants de 1 à 5 salariés. Soit plus de 50.000 entreprises !

 Les secteurs sont plus parlants :

  • 13 939 dans le commerce,
  • 7 459 dans le service aux entreprises,
  • 7 255 dans la restauration, l’hébergement.

Voilà sans nul doute des secteurs d’activités où la mise en place d’un site internet aurait été bienvenue.

Ces entreprises n'avaient pas de sites web. Et vous ?

Ces entreprises n’avaient pas de sites web. Et vous ?

Pas plus tard que ce matin, je discutais avec Fabrice qui s’est lancé dans une boutique physique de cigarette électronique. Dans la foulée, il a mis en place un blog avec woocommerce pour relayer son activité sur le web. Résultat ? Son site génère un chiffre confortable malgré son jeune âge.

Fabrice m’expliquait qu’avec la mise en place du site, ainsi que la page Google Plus Local, il arrivait à drainer du monde dans sa boutique. Globalement, il est plus que satisfait de l’opération.

Quand on sait que les ventes en ligne dépassent désormais les 50 Milliards d’euros, je reste circonspect sur les raisons qui ont poussé ces entreprises à ne pas utiliser le vecteur web. Si le web et plus précisément le e-commerce ne représentent qu’une faible part du marché global en France, entre 4 et 6%, il n’en demeure pas moins une opportunité.

S’il n’est écrit nulle part qu’une présence sur le web sauverait une entreprise, il semble quasi certain que de ne pas y être vous conduira à la mort.

 En 2012, 51% d’entreprises déclaraient avoir un site, 18% souhaitaient en créer un, et 31% n’y pensaient pas. Tous ces chiffres donnent le tournis n’est-ce pas !?

Que retenir ?

En premier lieu, je serais tenté de dire qu’il serait temps de se mettre à la table du web. C’est aujourd’hui une façon de pouvoir garder la main sur sa communication, d’être visible, sans que cela une opération ultra-coûteuse.

Tiens, d’ailleurs, le web, ce n’est pas un coût, mais bien un investissement, au même titre qu’un salon professionnel, ou une plaquette. A une différence près, tel un stand bien préparé, un site sera efficace toute l’année.

Une stratégie

Comme démontré plus haut avec l’exemple de Fabrice et de son commerce de cigarettes électronique, être sur le web oui, mais avec une stratégie.

Construire une ligne éditoriale, mettre en place son réseau, bâtir sa présence sur les réseaux sociaux, choyer ses e-clients, sont autant d’actions à penser et à intégrer lors du processus de création du site.

En effet, avoir un site ne suffit pas. Si vous vous arrêtez à ce stade, il ne va pas se passer grand-chose. Il faut travailler au-delà. Et là, pas de recettes miracles. Soit vous avez le budget et vous pouvez travailler avec une agence qui va créer et gérer votre marque en ligne, soit vous n’avez pas ce budget, et il va falloir dégager une ressource ou du temps en interne pour gérer cela.

Un site est une entreprise à part entière, ou, tout au moins, une partie vivante de cette dernière, au même titre que le service marketing, ou production, c’est un élément à prendre en compte

Ne pas sombrer

Alors maintenant, il serait temps de vous y mettre, pour ne pas faire partie des 80% qui ont disparu en cours de route.

Sources

 Les français pas friands du e-commerce

 Plus de 80% des entreprises en faillite en 2013 n’étaient pas présentes sur Internet

 La France n’a jamais autant fermé de commerces qu’en 2013


Ayez la partagitude, c'est ça la bloguitude !


 Partager sur G+


A lire pour compléter vos compétences sur le sujet

Ressources pour votre blog

9 réponses
  1. VapoStyl
    VapoStyl says:

    Salut Stéph, merci de la mention.

    Au delà du CA généré par le e-commerce, le nombre de clients arrivant dans la boutique physique, par le biais du site, est en constante progression.

    N’oublions pas l’omniprésence de google maps sur les mobiles et de facto Google adresses. Aussi un bon positionnement sur vos mots clés (type de commerce + lieu) et votre visibilité s’améliore grandement…

  2. Bruno Rebo
    Bruno Rebo says:

    La majorité des « petits » commerces vit encore comme au 20e siècle… Leur plus grande force, croient-ils, est leur nom, leur ancienneté et leur « gloire » passée.
    Mais aujourd’hui, cela ne suffit plus, Internet est passé par là, et la majorité des commerçants sont totalement perdus face à Internet : c’est un nouveau mode de communication, de promotion et peu savent en tirer parti.
    Pourquoi ? Une inculture générale des nouvelles technologies, et la pensée profonde, qu’Internet c’est pour les jeunes ! La majorité n’a même pas de connexion internet dans leur commerce, c’est vous dire !

    Faites le test avec votre commerçant de quartier ! Parlez lui de génération de lead, de Qr Code, de mailing Sms, d’emailing, de click and collect ! Attention, il se pourrait que certains commerçants croient que ce sont les dernières insultes à la mode, du langage de « djeuns », quoi !

    La route est longue pour faire faire comprendre tous ces aspects à nos petits commerces et petites entreprises : mais que font nos valeureuses ( sic ) chambres de commerces ??? Pas sûr qu’ils soient plus au fait.

    Mais le tableau n’est pas si noir, la nouvelle génération de commerçants et petits entrepreneurs incluent ces pratiques, ne serait-ce qu’une page Facebook, pour rester en contact avec sa clientèle.

    Et si tout ça n’était qu’une question de génération ?

  3. Mat
    Mat says:

    Le constat n’est pas nouveau, mais clairement la France à du retard en la matière, c’est clair! Mais la plupart des petites sociétés n’ont pas le temps, les moyens, ou les compétences pour le faire (voire les 3 à la fois). Un beau marché en perspective pour qui veut bien s’y lancer!!
    :-)

  4. samuel
    samuel says:

    Salut Steph,

    Monter son site pour les entreprises traditionnelles relève de l’utopie ou d’un accessoire totalement, inutile.
    Cette idée est véhiculée et maintenu par les propriétaires de ces enseignes qui ne croient pas et ne voient pas encore la puissance d’internet.

    Cordialement,

  5. Aka
    Aka says:

    Bonjour,

    Le tribunal de commerce de Toulouse a recement condamné une boutique de e-cigarette à fermer boutique suite à la plainte d’un buraliste pour concurrence déloyale et non respect de la législation.

    Le tribunal s’est appuyé sur l’article L3511-1 qui, en substance, dit: Dans le code de la santé publique les produits de substitution sont considérés comme « des produits du tabac »
    Considérant que la e-cigarette entrait dans ce cadre.

    Les condamnés se sont pourvu en appel… affaire à suivre.
    Mais si la condamnation est maintenu en appel, le cas fera jurisprudence.

    Si la stratégie web de votre ami Fabrice semble porter ses fruits en terme de CA, la stratégie de pérennisation de son entreprise semble quant à elle bien compromise.
    Si jurisprudence est faite, site web ou pas, la mort de son commerce est annoncée.

    Ce que vous oubliez de dire, et là je vous renvoie aux rapports de pôle emploi et de l’APCE, c’est que la réussite ou non d’une entreprise est lié:
    - Au niveau de formation dudit entrepreneur,
    - A l’expérience dudit entrepreneur (dans le secteur dans lequel il se lance),
    Et un bon nombre d’autres critères, dont le site web ne fait pas parti.

    Dans mon domaine, le B2B (ceci concerne les 7 459 mort dans le service aux entreprises), avoir ou non un site web n’est pas ce qui fait la différence.
    Mais la force commercial est l’atout majeur de ces boites (et non le marketing via un site web).
    Vous vendez à une entreprise parce que vous l’avez démarché, rencontré et convaincu.
    Vos clients B2B ne viennent que très rarement vers vous via votre site web. Même, si je vous l’accorde pour certains secteurs (dans le web?) ça aide quand même.

    Pour les commerces (13 939 mort dans le commerce): la zone de chalandise, les produits proposés, l’accueil et le conseil client (entre autres) me paraissent bien plus important que le fait de posséder un site web.
    D’ailleurs, achetez vous votre pain, vos cigarettes analogiques ou votre essence grâce au site web de vos commerçants préférés?

    Faire le parallèle entre la mort d’une boite et la possession ou non d’un site Internet… c’est un peu tiré par les cheveux non?

    Maintenant je vous rejoins sur le fait qu’un site web devient indispensable, ne serait ce que pour l’image.

  6. Stéphane
    Stéphane says:

    Bonjour,

    Si le Pôle Emploi était efficient, depuis le temps, nous serions au courant.
    Donc, les critères de réussites édictés par des organes gouvernementaux… Quand on voit qu’ils ne savent toujours pas vraiment ce qu’est un webmaster.
    De plus, quand on voit le nombre d’autodidacte ayant réussis, si on suit ce que vous dites, c’est impossible.

    Le web est truffé de réussites (mais aussi d’échecs) de personnes n’ayant pas ou peu de qualifications dans un domaine donné.
    L’esprit d’entreprise, la volonté, ces choses là ne sont pas fournies avec un diplôme.
    Ce sont des compétences « invisibles » et pourtant indispensables.

    Imaginez ! S’il suffisait d’avoir les compétences pour réussir, alors la vie serait bien plus simple.
    Or, ce n’est pas le cas.

    Concernant les chiffres, on peut les lires comme on veut.
    Mais 80% de ces entreprises n’avaient pas sites. C’est une vérité.
    Auraient-elles survécus avec un site ?
    Rien n’est moins sûr. Avoir un site est une chose. Savoir s’en servir en est une autre (:

  7. excursion marrakech
    excursion marrakech says:

    Internet c’est l’avenir de tout commerce. Beaucoup n’en sont pas encore convaincus mais il vont s’y mettre, forcés et obligés car on n’arrête pas le progrès. Et le commerce via le net n’est plus une affaire à prouver et ceux qui ne ‘auront pas encore compris eh bien ils seront les dinosaures du futur.

Les commentaires sont fermés.