Que faire sur Google Plus ?

Que faire sur Google Plus ?

Que peut-on faire sur Google Plus ? Hormis soigner singulièrement son référencement, y’a quoi à faire là-bas ? Il parait que c’est une ville fantôme, donc, il ne doit pas s’y passer grand chose. Ah, c’est certain, c’est pas du Facebook. C’est d’ailleurs ce qui semble aussi faire partis du succès grandissant du réseau.

En premier lieu, Google Plus s’intègre nativement dans la quasi-totalité des services du la firme, du moins, pour tout ce qui est grand public. Pas question de partager vos statistiques, vos adwords ou adsense avec vos cercles.

A différence de FaceBook, Google Plus est « ouvert ». Dès que vous êtes connecté à votre compte Google, vous êtes connecté sur Plus. C’est transparent. Un exemple de l’interopérabilité entre les services ? Depuis Gmail, vous pouvez répondre à un message posté sur Google Plus ou attribuer un +1. Pratique.

En haut, sur votre droite, à côté de votre photo, vous avez une petite pastille qui vous annonce le nombre de nouveaux messages sur votre réseau. Et ce, où que vous soyez sur Google (hormis Adense, Adwords et Analytics). Cliquez sur la pastille, un déroulant apparait avec la liste des dernières activités. Un nouveau clic sur un message, et vous pouvez interagir : commenter, plusser, partager, tout cela, sans quitter votre page. Malin !

Malheureusement, ces fonctions ne sont pas encore disponibles sur Android, à savoir en mode mobilité, sur votre tablette ou votre téléphone. Sur ces appareils, il vous faudra lancer l’application Google Plus pour accéder au réseau.

Tiens, en parlant de téléphone et de tablette, si vous êtes l’heureux détenteur d’un téléphone Android, à tout moment, vous pourrez ajouter des photos avec la fonction « instant upload ». Pour utiliser le réseau G+, il vous faudra lancer l’application. Elle est bien faite, mais il manque un widget pour pouvoir poster rapidement une news, un lien, à l’instar de ce que proposent Facebook ou Twitter.

X minutes de surf sans pub

Vous connaissez sans doute cette phrase « Maintenant, c’est 40 minutes de minutes de musique, sans pub ». Toutes les radios propose ce petit jingle pour annoncer qu’elles vont vous outre la paix pendant un moment.

Actuellement, Google possède un énorme avantage sur la concurrence. Il n’affiche aucune pub. Pouvoir surfer, dialoguer, échanger, sans l’apparition de pubs, c’est carrément un grand luxe et ça repose l’œil !

Autant sur Facebook la pub est devenu des plus envahissantes, autant chez Google, vous serez tranquille. Ce qui est logique, puisque la firme ne compte pas (encore) sur son réseau pour tirer des bénéfices sonnants et trébuchants.

Le boum des communautés

L’élan de #Google vient réellement des communautés. Je me répète, mais tout est vraiment parti de là. Il y aura eu un avant et après. Avant, il ne se passait pas grand-chose. En revanche, après, c’est plus pareil.

En pouvant se regrouper par centre d’intérêt, Google a permis à ses membres de s’agréger. Des plus loufoques au plus sérieuses, il y en a pour tous les goûts. Et les ingénieurs de la firme ont eu la bonne idées de nous offrir la possibilité de créer des catégories au sein de ces communautés.

google plus

Le divertissement est aussi présent sur G+

Si je prends l’exemple de parlons blog, j’ai ainsi pu mettre en place des rubriques comme le SEO, le Blogging, mais aussi des choses plus ludiques comme « Mon bureau », où chacun peut poster une photo de son espace de travail. Inutile, donc, indispensable.

Nous pouvons aussi créer des Hangouts (visio conférence de 10 personnes, gratuit) au sein de la communauté. Ce qui donne un vrai coup de fouet à la vie de l’espace.

Les Cercles, le partage

Google fonctionne depuis toujours avec une notion de cercle. Un cercle est un groupe que vous créez, auquel vous donnez un nom et avec lequel vous allez pouvoir partager du contenu. A vous de créer vos cercles comme bon vous semble.

Prenons un exemple de cas simple. Vous avez deux cercles : travail et amis. En journée, vous posté des contenus en rapport avec le boulot. Lors de la création d’un post (ou topic), vous allez choisir de partager avec le cercle « travail ». De fait, seules les personnes placées dans ce cercle auront accès à ce topic.

Le soir, de retour chez vous, vous allez partager la dernière vidéo lol-cat en vogue. Ici, vous choisirez le cercle « amis », histoire de ne pas polluer votre flux G+ du travail.

Bien entendu, vous pouvez partager avec tous vos cercles, ou carrément de façon « public », ce qui signifie que n’importe quelle personne qui passera sur votre profil verra ce que vous avez partagé. Ce qui peut être parfois bien pratique notamment pour des questions de viralité.

Actuellement, quand vous décidez de partager avec un cercle donné, Google n’empêche pas le repartage. Il vous affiche un message d’avertissement, mais une personne ayant accès à votre post peut à son tour la repartager.

Toutefois, dans les communautés privées, si l’administrateur n’autorise pas clairement le repartage d’une topic, il vous sera impossible de transmettre le post à vos cercles.

En outre, il est impossible à une tierce personne de savoir dans lequel de vos cercles elle serait classée. Vous et vous seul détenez cette information. Ce qui est logique. Imaginons que vous classiez certaines personnes que vous vous devez de suivre pour certaines raisons. Pour cela, vous avez créé un cercle « les obligés », ou « pas le choix », si l’une de ces personnes venait à le savoir, forcément, ça ne serait pas bon pour vous. Donc, soyez tranquille ! Personne ne sait, sauf vous.

Un petit rappel : NE SPAMMEZ PAS ! Si Google vous offre la possibilité d’envoyer un mail à vos cercles lorsque vous créez un topic, n’abusez de la fonction, auto-modérer vous ! Il n’est rien de plus irritant que de recevoir des emails dont vous n’avez que faire. Surtout si c’est pour un truc qui ne vous intéresse mais alors pas le moins du monde.

Le multimédia sur Google Plus

Ajouter une photo, une vidéo, un lien, c’est simple comme bonjour ! Lors de la création d’un topic, vous avez des icônes bien visibles pour vous aider à partager ce que vous souhaitez. Inutile de vous dire que le partage de photo est assez simple quand il s’agit de récupérer une image présente sur votre compte, tout comme partager une vidéo YouTube est aussi aisé.

D’ailleurs, nous voyons de plus en plus de photo de très facture envahir le mur des publications populaires. Ca crache !

Idem pour les liens, un simple copier/coller suffit. Attention toutefois. L’insertion de lien dans les commentaires n’est pas forcément bien vue par le système. Rien ne vous empêche d’en poster en réponse à un topic, mais dans une optique SEO, vous pourriez être considéré comme spammeur et mis sous surveillance. Les commentaires, c’est pour commenter, pas pour partager un lien ou autre.

D’ailleurs, impossible de mettre une photo ou une vidéo en commentaire. Ce qui permet de conserver un fil clair et bien lisible.

En conclusion

Google ne manque certainement pas d’atout et prend doucement son essor. Avec des focntions grand public comme une gestion fine des photos, mais aussi des outils pro comme l’intégration de l’AuthorRank, le géant de la recherche est en train de créer un véritable réseau multi-canal, correctement segmenté, et encore vierge de publicité.<
/p>

Là où Facebook et Twitter peinent à tirer pleinement profit de leur popularité, Google, lui possède déjà un solide business plan qui lui permet de financer son nouvel outil sans devoir le sacrifier sur l’autel de la rentabilité financière.

A chaque jour qui passe, le réseau fait son petit bonhomme de chemin…


Ayez la partagitude, c'est ça la bloguitude !


 Partager sur G+


Ressources pour votre blog

guide blogueur pro pdf
14 réponses
  1. Thomas
    Thomas says:

    Bonjour, article très clair, très synthétique comme c’est souvent le cas sur ton blog. Bien que tu ne sois j’en ai bien conscience un guide d’utilisation Google+, je ne pige pas bien ce que tu soulignes au sujet des communautés :

     » Si je prends l’exemple de parlons blog, j’ai ainsi pu mettre en place des rubriques comme le SEO, le Blogging, mais aussi des choses plus ludiques comme « Mon bureau », où chacun peut poster une photo de son espace de travail. Inutile, donc, indispensable.  »

    Je ne vois pas et ne retrouve pas ces communautés dont tu parles.

    Thomas

  2. pascal
    pascal says:

    Sur l autel
    Pas sur l’hôtel. Vers la
    Fin de l’article

  3. Stéphane
    Stéphane says:

    Exact. Corrigé, merci (:

Les commentaires sont fermés.