La confiance, ça se travaille !

La confiance, ça se travaille !

Dans une vie de blogueur, les conneries, les boulettes, et autres erreurs sont légions. Je ne suis pas parfait, vous ne l’êtes pas, bref, des conneries, on en fera encore et toujours. Mais ce n’est qu’en sachant accepter l’erreur et en tirant les leçons utiles que vous prendrez confiance en vous.

Accepter l’erreur

Je vais vous éviter toutes les citations sur l’échec et la réussite. En revanche, je ne vous épargnerais pas en vous disant que c’est de nos erreurs que l’on apprend.

Certes, j’enfonce un porte grande ouverte, mais quand je vois le nombre de personnes tétanisées par la peur de mal faire, je me dis que la porte n’est pas si ouverte que cela.

Apprendre de ses erreurs, c’est déjà accepter que nous puissions en faire. Même les plus grandes « success story » sont jalonnées de conneries. Alors, pour vous, qui êtes là, un peu seul devant votre écran, avec pour compagnon votre chat, votre souris et un clavier, je vous laisse imaginer.

Donc, la première étape : Vous allez faire des conneries ! C’est normal, c’est humain, et ce n’est pas rédhibitoire. Enfin, pour peu que vous sachiez en tirer les leçons. Et c’est là que ça se gâte.

La tristesse

Que se passe-t-il quand on fait une connerie et que l’on s’en aperçoit ? Plusieurs possibilités. La méthode à la con : c’est pas moi, c’est les autres qui sont cons. Y’ des gens qui paient 2.000 euros pour apprendre ça. Ceux-là, on ne peut plus rien pour eux.

Un être humain normalement constitué sera forcément affecté, plus ou moins selon la gravité de la boulette. Bon, en blogging, on se calme, y’a pas mort d’homme. Donc, la tristesse sera toute relative.

L’analyse de la situation

Une fois le coup encaissé, il serait bon de regarder ce qui a cloché. Parce que se dire que l’on a fait une connerie et en rester là, c’est refaire une ânerie ! Ce n’est pas le but. L’objectif est d’essayer de comprendre.

Rester prostré dans votre coin en vous répétant que vous êtes nul, que vous n’y arriverez jamais ne vous aidera pas ! Bougez-vous le cul !

En matière de blogging, vous avez des indicateurs, des statistiques, de la technique, des outils, voir des collègues qui pourront vous renseigner sur la dite boulette.

Utilisez tous les moyens mis à votre disposition pour analyser, comprendre, n’hésitez pas à demander ! Il n’y pas de questions con, mais des cons qui n’osent pas poser de questions. Avancer, c’est aussi savoir demander de l’aide.

La prise de décision et l’action

Dans la logique des choses, vous devriez désormais avoir des réponses. Ces réponses, il va falloir en faire quelque chose de positif non ? Tadam ! Vous allez prendre une décision. Non, non, n’ouvrez pas la fenêtre pour vous jeter, c’est inutile. Entreprendre, c’est décider. Sinon, que faites-vous là ?

En fonctions des éléments de réponses que vous avez obtenus, vous allez donc devoir décider de la marche à suivre, soit pour rectifier le tir, soit pour faire en sorte que cela ne se reproduise plus. La décision va donc entrainer l’action. Ça semble limpide posé comme ça. Mais si vraiment ça l’était, croyez-vous vraiment que j’aurais fait un billet sur la question ???

Si vous souhaitez vraiment avoir une chance de réussir avec votre blog (ou ailleurs), accepter l’erreur est la première, et plus douloureuse, des étapes à franchir. Sans cela, vous serez toujours à la merci d’un clampin qui serait là pour vous « aider » à coup de 2.000 euros.

Mais le plus dramatique, pour vous, c’est que vous ne serez jamais en position de réussir quoi que ce soit. Accepter une bonne fois pour toutes que vous puissiez vous planter, c’est aussi vous donner une chance d’apprécier pleinement vos succès et les petits plaisirs des réussites quotidiennes.

En acceptant, vous prendrez confiance…

Ayez la partagitude, c'est ça la bloguitude !

 Partager sur G+


Ressources pour votre blog

guide blogueur pro pdf
3 réponses

Ça ping !

    La confiance, ça se travaille ! | Maveil... says:

    [...] Dans une vie de blogueur, les conneries, les boulettes, et autres erreurs sont légions. Je ne suis pas parfait, vous ne l’êtes pas, bref, des conneries, on fera encore et toujours.  [...]

Les commentaires sont fermés.