SEO : Techniques essentielles pour optimiser ton site

Le SEO, c’est pas un truc si sorcier. Enfin, les bases au moins. Et les bases sont importantes, sans cela, tu vas serrer les fesses très fort à chaque core update de Google, tu vas prier, brûler des cierges, bref, tu vas transpirer. Et quand on sait que certaines entreprises ont simplement fait faillite, autant te dire que les bases, c’est juste important. Coup de bol, les voici.

Le SEO, encore lui !

Ah, le SEO ! Science obscure, langage incompréhensible, discipline pratiquée par des sorciers, le référencement naturel reste un sombre univers pour toi, novice. Comment aborder la chose sans y laisser ton cerveau ?

Le référencement, c’est du contenu

En premier lieu, tu dois savoir qu’avant de parler de technique, le référencement, c’est du contenu. Du texte, encore du texte, toujours du texte. Google et ses potes sont de bon vieux aveugles. Ils ne savent pas « regarder » une photo ou une vidéo. Il faut donc leur filer du texte dans tous les cas.

Pour voir une chance d’être correctement référencé, tu dois donc avoir un certain volume d’article à filer à bouffer aux moteurs. Combien ? Là…

Globalement, de ce que j’ai pu lire et entendre auprès des bons, en dessous d’une centaine de billets, ce n’est pas trop la peine de rêver.

Bon, un caïd du SEO, avec tous ses tours de passe-passe pourra toujours se débrouiller pour faire ranker un site proposant peu de contenus.

Ranker ? Positionner son site sur la première page de Google, et dans les trois premières places.

Donc, le référencement, c’est du contenu. Bien, voilà la base de la chose. Le SEO, c’est aussi une affaire de lien. Des liens internes, des liens externes.

Le débutant va se ruer sur les liens externes : inscriptions dans les forums, les annuaires, poser des commentaires sur des blogs en dofollow s’il a suivi la dernière formation « devenir riche » (jolie connerie hein). C’est bien. Ça va t’occuper. Mais c’est inutile.

Se tuer à la tâche pour référencer un site qui ne serait pas optimisé, autant faire La Rochelle-New York à la nage, tu as plus de chance d’y arriver.

Pourquoi ? Parce que ce qui compte avant tout c’est TON site. Pas forcément les liens entrants en provenance de blogs X ou Y. Il est donc plus intelligent de voir comment tu vas pouvoir créer des liens de façon pertinente entre les articles de ton propre site.

Ces liens vont créer ce que l’on appelle le maillage interne. Tu l’auras compris, le maillage, ce sont donc les liens qui permettent à tes lecteurs de passer « naturellement » d’un billet à l’autre sur ton propre blog.

Le maillage interne

L’idée est d’avoir des liens dits pertinents. Donc, par exemple, si tu as un billet qui parle de la tarte aux pommes, placer un lien vers un billet qui explique comment bien choisir ses pommes pour tel ou tel préparation culinaire, ça fait sens.

En revanche, si tu places un lien vers un article qui parle des fraises des bois, là, tout de suite, c’est moins pertinent. Tu vois le truc ?

Le lien doit renvoyer vers une lecture qui sera complémentaire au billet que l’internaute est en train de lire. Rien de plus, rien de moins.

Si déjà, tu es capable de faire ça, tu auras fait une bonne partie du chemin !

Le plug-in magique

Avec WordPress, bon nombre de personnes pensent qu’il suffit d’ajouter le plug-in WordPress SEO by Yoast ou le dernier à la mode, comme Rank Math SEO, et voilà !

Et voilà quoi ? Voilà rien ! Installer un plug-in, c’est un début, mais c’est insuffisant. Le plug-in va te permettre d’ajouter un titre et une description pour chaque article, plus quelques fonctions qui vont lever certains freins. Mais cela ne va pas rendre tes contenus plus qualitatifs.

Le titre qui racole

Au passage, le titre et la description SEO, ça serait bien de les optimiser.

Par exemple :

  • Titre du billet : la tarte aux pommes rouges
  • Extrait : La recette de la tarte rouge aux pommes
  • Titre SEO : Comment faire une tarte aux pommes rouges
  • Description SEO : Réaliser une recette de tarte aux pommes surprenante, une tarte rouge !

Tu saisis ? Dans le cas présent, j’ai fait au plus simple. Sache que l’usage de synonyme est toujours le bienvenu. Ne cherche pas systématiquement le titre racoleur, car de nos jours, tout le monde le fait. Alors, pour te démarquer, sois plus naturel !

Le racolage par le titre, c’est bien. De temps en temps. Mais tout le temps ? C’est lourd, indigeste, pénible.

Autre point de détail, et non des moindres : écris pour le lecteur, pour l’humain et non pour le moteur. Si un humain peut lire ton billet, un moteur le pourra aussi.

Ne cherche pas à embobiner le moteur, surtout si tu n’es pas un rédacteur dans l’âme. Fais simple. Avant de te prendre le chou avec les techniques de pyramide inversée et consort, cherche donc à écrire un contenu qui soit propre, intelligible.

L’adresse du billet (URL)

S’il fut un temps où présenter une URL optimisée apportait un véritable avantage, ce n’est plus vraiment le cas. L’URL n’a plus de valeur dans le SEO, mais il est bon de la redire encore et encore. Toutefois, pas la peine de faire des URLs à rallonge non plus. Là, tu vas te plomber.

De toutes les façons, toutes les petites techniques de sioux des SEO ont pris du plomb dans l’aile ces dernières années. Google, avec ses pandas, pigeons, pingouins, et consorts mène une lutte sans merci contre les optimisations artificielles. Donc, si t’es pas un véritable expert, ne tente pas ta chance. Reste dans les clous.

Et le mot clé en vert dans le plug-in ?

Ah, la belle erreur !!! Si tu souhaites te vautrer, fonce !! En gros, tu donnes un mot clé au plug-in, ce dernier va compter le nombre de fois où ce mot (ou expression) apparait dans le billet, il va y ajouter de la pondération, et te pondre un résultat qui dira oui c’est bon, non c’est pas bon.

Sauf que… Cette technique appelée « calcul de densité » hé bah personne n’a jamais pu prouver qu’elle fonctionnait.

Par contre, il a été prouvé que de vouloir trop utiliser l’expression ou le mot clé visé dans son billet, là, c’était pas bon. Pour Google, c’est du spam, donc, passible de pénalité.

Alors, la loupiote verte, on oublie !

Alors, comment optimiser mes articles ?

Écris du bon contenu, élevé au grain, du grain bio sans ogm. Fais de bons billets pour tes lecteurs, pas pour les moteurs. Choisis un bon petit titre, une bonne description, creuse-toi un peu la tête là-dessus.

Pense également à ton maillage interne : un lien ou deux vers des billets dont la lecture s’avèrerait complémentaire.

7 points cruciaux pour bien référencer ton blog sur Google

Structure du site

Tout part de là et tout y revient. La structure de ton site. Comment as-tu organisé ton contenu ? Cette structure est importante, pour toi, pour tes lecteurs, et pour le moteur.

Chaque article par exemple ne doit être classé que dans une et une seule catégorie. Si tu utilises les tags, il en va de même, un ou deux tags maximum, histoire d’éviter la confusion la plus totale.

Sois cohérent, pertinent, précis. Tout le monde s’en portera mieux.

Le contenu du site

Ici, pas de secret, il faut envoyer du bois régulièrement. Quand tu ouvres ton blog, ce n’est pas avec un billet à la petite semaine que tu vas faire chauffer les stats.

Durant plusieurs mois, si tu souhaites faire de ton blog une machine de guerre, il va falloir envoyer à minima 3 articles semaine, voire plus.

Oui, c’est du boulot. Toutefois, si tu souhaites imposer ton site dans ton secteur, tu n’auras pas le choix. Plus tu vas publier, plus Google viendra te voir, et mieux ton site sera positionné, si tant est que tu respectes les règles du jeu.

Toutefois, ne publie pas n’importe quoi, n’importe comment pour le plaisir de publier. Tes contenus doivent porter un minimum de pertinence et être un tant soit peu remarquables.

Structure ses billets

Là encore, rien de sorcier. Mais si tu ne suis pas les règles de base, c’est mort. Tu auras beau tout faire, payer le meilleur des black hat SEO, ton blog retombera systématiquement dans les méandres des SERPS.

Un titre, balisé H1. Un sous-titre, balisé H2, des intertitres, balisés H3. Ceci ne va pas te projeter comme par magie en page une, mais cette structure va permettre au moteur de mieux « comprendre » ton texte.

Si tu utilises WordPress SEO par Yoast, n’oublie pas de renseigner le titre SEO et la méta description, cela ne pourra que t’aider. En revanche, les keyword SEO, tu peux oublier. Ils ne servent plus à rien.

Le maillage interne

Si les liens en provenance de la toile sont importants dans ton classement, ceux en interne le sont tout autant. À savoir, un lien depuis ta page n vers la page x, c’est bien, ça compte aussi.

Attention ! Ne lie pas tout et n’importe quoi dans l’unique but de faire du lien ! Lie les contenus importants, les billets qui devraient être mis en avant.

L’article réalisé uniquement dans le but de faire du contenu un jour de pluie, celui-là, pas peine de le valoriser. On en revient à la structure du site…

À toi de savoir identifier les articles forts, ceux qui devraient l’être et ne le sont pas et de définir les actions à mener pour y remédier.

Le design, ça compte aussi

Quoi ??? Le design ? Oui, le design, (ou L’UX) tout du moins, le template que tu vas choisir. Pour la plupart d’entre vous, vous êtes sur WordPress. De fait, vous utilisez souvent les templates, logiques.

Mais as-tu pensé au référencement lors de ton choix ? Le thème est-il optimisé pour le SEO ? Ne met-il pas trop de temps à se charger ?

Un mauvais thème peut te plomber ton référencement, j’en ai fait l’expérience en début d’année. Lors de ton prochain changement de template, lis attentivement la fiche descriptive.

Temps de chargement

Installer wp-rocket, c’est bien. Mais ce plugin, aussi puissant soit-il ne transformera ton vieux tacot en bolide. Un site qui rame, avec un plugin de cache, ça fait un site qui rame un peu moins. Mais ça ne fait pas un site rapide.

Pour avoir un site rapide, limite-toi à l’essentiel dans le choix de tes extensions, choisis un template qui ne pèse pas des tonnes, fais tes essais d’extensions sur un site de tests, histoire de ne pas blinder la base de données, voir de la péter.

Réseaux sociaux

Ah bah oui, ça aussi c’est important. Pour envoyer ce que l’on appelle « des signaux positifs » aux moteurs, les réseaux sociaux sont quand même bien utiles. Encore faut-il les utiliser comme il se doit. Si ton activité se limite à partager ton contenu et uniquement ton contenu, oublie de suite.

Il va falloir apprendre à partager le contenu des autres, à prendre part à des discussions. En clair, le mode automatique, on passe.

Oui, mais « on m’a dit que »… qui on ? On est un idiot ! Point. Pour attirer du trafic depuis les réseaux vers ton site, il n’existe rien de mieux que d’assurer une véritable présence. Je ne te dis pas d’y passer tes journées. À toi de te tester, de voir ce qui est le mieux pour toi.

Les réseaux sociaux ont horreur du vide et des timelines automatisées. Les êtres humains aussi d’ailleurs. À toi de voir.

Que retenir ?

Faisons un point pour récapituler tout cela :

  • Une structure claire,
  • des contenus publiés régulièrement,
  • des billets correctement structurés,
  • un maillage interne intelligent,
  • un template digne de ce nom,
  • un choix d’extension qui se limite à l’essentiel,
  • un temps de chargement très court,
  • une présence active sur les réseaux sociaux.

En respectant ces points essentiels (et vieux comme le web) hé bien tu ne devrais pas mal du tout, voir même, dans certains cas, tu seras bien camarade.

Les facteurs clés en 2024, selon Gooogle

À ce jour, plusieurs facteurs clés influencent le bon positionnement d’une page sur Google, et ils peuvent être regroupés en plusieurs catégories principales, selon les études récentes et les conseils d’experts en SEO.

  1. Pertinence Sémantique : La corrélation la plus forte avec les positions élevées sur les SERPs est observée pour le contenu qui répond précisément à l’intention de recherche de l’utilisateur et couvre les sous-thèmes pertinents.
  2. Autorité et Réputation : Une forte corrélation entre un score d’autorité de page et de domaine élevés et de meilleurs classements, indiquant l’importance des backlinks provenant de pages et domaines pertinents et autoritaires.
  3. Qualité du Contenu : La qualité du contenu est fortement corrélée avec de meilleurs classements, plutôt que la longueur du contenu.
  4. Optimisation Technique et Expérience Utilisateur : Les signaux techniques comme les Core Web Vitals et HTTPS contribuent à une meilleure expérience utilisateur et peuvent influencer indirectement les décisions des utilisateurs.
  5. Optimisation des Images : Les images doivent être optimisées (balise alt, légende, description) pour envoyer des signaux de pertinence aux moteurs de recherche.
  6. Liens Internes et Externes : Les liens sortants vers des contenus de haute autorité et un maillage interne efficace peuvent envoyer des signaux de confiance et d’autorité aux moteurs de recherche.
  7. Responsive Design (Mobile First) : Un site responsive est crucial, avec l’importance grandissante du mobile-first indexing de Google.
  8. Vitesse de Chargement : La vitesse de chargement des pages est un facteur essentiel, impactant à la fois l’expérience utilisateur et le positionnement.
  9. Sécurité du Site (HTTPS) : Un site sécurisé en HTTPS est indispensable pour un meilleur positionnement sur Google.
  10. Backlinks Pertinents et Puissants : Les liens de qualité pointant vers votre site restent un composant principal du SEO pour améliorer le positionnement.

Sharon Colin

Rated 5,0 out of 5

Stéphane est un très bon guide qui montre plusieurs solutions à un problème et nous laisse choisir la solution qui correspond le mieux à nos valeurs. Merci pour tes coachings.

Sharon Colin
Verified

Audrey Roit

Rated 5,0 out of 5

Un coach à l’écoute, professionnel plein de ressources et de bonnes idées. Stéphane sait être un mentor discret, qui propose des solutions concrètes et qui n’a pas peur d’échanger, de remettre des choses en question, de motiver les troupes… Car c’est ensemble et par le partage des connaissances (et des avis 😉 ) que nous avançons et que nous évoluons. Je suis ravie d’avoir pu bénéficier de son suivi et je compte garder contact. Merci encore pour ton oreille et ton soutien.

Audrey Roit
Verified

réveille ton Branding

89,99€
Disponible sur Udemy.com
Créé ta marque et domine ton marché. Déjà plus de 170 clients satisfaits. A suivre sur Udemy.com
  • T’as peur de te vautrer, ok ! Alors, en qui croire pour te sauver les miches ?

    Stéphane/
    19 mars 2024
  • La ligne éditoriale pour les nuls

    Stéphane/
    19 mars 2024
  • C’est quoi une stratégie ?

    Stéphane/
    18 mars 2024